Thursday, 12 June 2014

Ce que je fais à Londres

Après avoir lu l'article d'Un français à Londres, j'ai pensé à faire mon top 10 des nouvelles choses que je fais depuis que je suis à Londres et qui ne me seraient pas passé à l'esprit de faire quand je vivais à Paris.

#1: donner des détails sur ma vie privée lorsque je postule pour un boulot: 

âge, couleur de peau, origines, sexualité, religion, état physique et mental et si je faisais parti d'un syndicat. On m'a même demandé ma taille et mon poids via un test médical pour savoir si j'étais assez en forme pour enseigner! (genre vas-y je suis trop grosse, je ne passe même pas par la porte)

#2: aller dans des beer gardens l'été et suivre des matchs de rugby dans un pub.


J'adore le fait d'aller dans presque n'importe quel pub dans Londres et d'y trouver une certaine atmosphère. Cet été avec la coupe du monde, beaucoup de pubs diffuseront les matchs et tout le monde deviendra supporter. Avec le beer garden, on s'éloigne du bruit de la foule et on se repose dans un petit jardin au soleil avec sa pinte toute fraiche. Les vacances quoi. 

#3: manger n'importe où après une soirée

et très souvent n'importe quoi. A Londres, chaque coin de rue peut abriter un fastfood, un kebab, un chinois ou autre. Mon endroit préféré? Manger un wrap fallafel chez le mexicain à Camden. 



#4: aller dans des concerts privés

Si on connait des personnes qui suivent à fond l'actualité musicale (alors que nous pauvres enseignants luttons déjà pour avoir une vie sociale hein), on peut se retrouver à ne presque rien payer pour voir des petits concerts entre copains relativement facilement. 



#5: prendre le bus (de nuit)

Ah ce fameux bus de nuit où tu rencontres de bien étranges personnes comme ce mec complètement barge qui faisait des câlins à tout le monde, ou quand tout le bus s'est mis à chanter des chansons du Roi Lion ou encore quand un kjhskdgskg de fils à sa maman a refusé de payer son ticket et que le chauffeur de bus a dû appeler la police pendant que certains passagers commençaient à s'échauffer, oui donc, le bus de nuit. 



#6: commander un taxi à n'importe quelle heure de la journée ou de la nuit

Peut-être LA grosse différence entre Paris et Londres où à Londres, on n'a pas besoin de payer l'équivalent du PIB de la Mongolie pour aller d'une gare à une autre. 



#7: recevoir des sous lorsque je paye avec ma carte bancaire

Ou le merveilleux système du Cash Back qui, je crois, n'existe pas en France. Le principe est simple, au supermarché vous demandez à payer 10 ou 20 livres supplémentaire et vous recevez cette différence en cash directement prélevée de votre compte comme si vous veniez de retirer de l'argent à partir d'une banque. 



#8: porter des mini shorts et des couleurs vives

Ou la fois où j'ai voulu faire ça à Paris et où je me suis fait siffler trois fois en une journée et apalguée comme une mal-propre par des mecs bizarres. #plusjamaisça



#9: retrouver ses potes dans un parc

où à Londres parc rythme avec tranquillité ou concerts d'été

#10: renouveler sa clef de recharge d'électricité EDF et acheter des mouchoirs à l'unité chez son marchand de journaux. 

L'année dernière, je vivais dans une colocation dans une maison victorienne et où l'électricité se payait en barrette EDF. Pour environ £10 et selon le nombre de personnes à la maison et la température, je pouvais survivre environ une semaine. 

Ah et les mouchoirs à l'unité, c'est tout simplement trop bizarre mais en même temps super pratique. 


Sunday, 1 June 2014

Des ressources vidéos en français

Voilà j'ai passé une petite semaine à Paris et j'en ai profité pour mettre à contribution mes amies pour créer des vidéos que j'utiliserai en classe plus tard. Nous nous sommes vraiment amusés à créer les textes, à répéter les dialogues et à jouer la comédie. Donc profitez!





Monday, 26 May 2014

les 10 phrases à ne jamais dire à un prof expatrié en Angleterre

 #1 alors comme ça tu es bien payée pour ne rien faire? 

Comment ne pas m'empêcher de rire comme une démente ou de balancer ma tasse de thé dans la tronche de celui qui me pose cette question? Car oui cette question, je l'ai déjà entendue et maintes fois. Je trouve ça vraiment déplacé et de mauvais goût. Passer ma vie à faire en sorte que les élèves progressent et soient à l'aise en français est une bataille permanente. Je ne compte même plus les heures extra que je passe pour aider la centaine d'adolescents que j'enseigne et qui affectent ma vie privée. Et ça ce n'est pas rien. 


 #2: ça a l'air vachement plus facile d'être prof en GB qu'en France!

Alors non, ce n'est pas plus facile mais différent. En France, normalement on doit passer par un master et un concours qui est certes difficile mais théorique. Après toute la pratique semble se faire d'elle même. En Grande-Bretagne, on se fait évaluer au niveau pratique et théorique tout le temps et toute sa vie de prof. Beaucoup de gens craquent car ils ne supportent pas le stress de cette évaluation constante. Nuance.

 #3: si t'as des enfants, tu devrais savoir comment tenir une classe 

Ce n'est pas parce que tu sais mettre un pansement que tu es infirmière. Avoir des enfants n'a rien avoir avec l'enseignement ou la gestion de classes. Le prof fait cours, il ne dirige pas une colo. Je connais x excellents profs qui ne veulent pas avoir d'enfants et des parents qui ne savent pas tenir leurs enfants et qui sont de bons profs etc. 


 #4: je me souviens finir l'école vers 3h donc tu dois quitter l'école super tôt tous les jours non? 

Si on compte les cahiers et les copies à corriger, les leçons à préparer, les emails à envoyer, les photocopies à faire, les projets extra-curriculaires à s'occuper et toute la paperasse administrative à remplir, je quitte rarement le boulot avant 17h/18h et ceci est un record en comparaison avec l'année dernière mais souvent je ramène du travail à faire chez moi le soir ainsi que le weekend.



 #5: n'importe qui peut être prof d'une spécialité si tu es allé à la fac... 

...mais il n'est pas donné à tout le monde d'avoir la passion de transmettre un savoir, de la patience, de la dédication, de la bienveillance pour ses élèves... 

 #6: tu travailles dans [nom d'un quartier londonien], tu dois être dans une école super difficile? 

Je travaille dans un quartier difficile et pourtant je suis dans une école jugée excellente. Il y a aussi des écoles dans le centre de Londres qui craignent affreusement! Je suis passée par là en janvier dernier si vous vous souvenez

#7: et tu as combien d'indiens dans tes classes? Ah ils doivent tous bosser dur alors! 

Je déteste quand on me fait cette remarque car c'est à la limite du racisme. On ne peut jamais faire de généralité en parlant d'une nationalité. J'ai beaucoup d'élèves qui veulent progresser mais souvent parce qu'ils sont encouragés à l'école grâce à d'excellents profs et grâce aussi à leurs pqrents. Il y a aussi des élèves qui ont peu de motivation, qui ne voient pas l'intérêt de l'école, bref DES ADOS quoi. 


 #8: allez tu peux sortir en semaine, c'est pas comme si tu devais préparer tes leçons pour demain!

Alors si, je prépare mes leçons tous les jours. Quand j'ai tout préparé à l'avance, il m'arrive de faire des concessions mais ça reste très rare. Désolée mais je sors peu ou quasiment jamais en semaine car je suis souvent fatiguée et le sommeil est quelque chose que je privilégie sur mes sorties. Si je suis fatiguée le lendemain en cours, je sais que je serais moins réceptive aux questions ou aux besoins de mes élèves et je serais bien plus irritable ce qui pourrait entraîner du travail supplémentaire et inutile. Par contre je fais ce qui me plait le weekend.

   
#9: en France, les élèves sont vachement plus gentils qu'en GB. 

Encore, il est assez mauvais de faire des généralités. Cependant je dirais que c'est une question d'évolution de génération. Je remarque un peu partout que le comportement change mais en Angleterre les élèves ont une relation très différente et assez personnalisée avec leurs profs. Après tout, en GB il est tout à fait normal d'offrir un cadeau à son prof lors de son propre anniversaire. (Et vive les chocolats pour la 4ème fois de l'année)




#10: et tu préférerais pas travailler en France alors?

Eh bien non car je pense que c'est plus intéressant pour moi de travailler en GB surtout en ce qui concerne de la personnalisation de l'enseignement, de la différentiation et des moyens employés par le gouvernement britannique. Du moins pour le moment, j'apprends énormément de choses que n'aurais peut-être pas apprises en France. Si un jour j'ai envie de rentrer, je le ferai mais pas tout de suite. 

Thursday, 22 May 2014

SRE ou comment je me suis retrouvée à enseigner un cours d'éducation sexuelle et religieuse

En tant que prof principal d'une classe de 6èmes en Angleterre, on se retrouve à être un peu responsable de tout: on contrôle le comportement et la ponctualité de nos élèves, on vérifie l'uniforme, leur progrès global dans leurs leçons, qu'ils lisent leurs bouquins afin d'améliorer leur degré d'alphabétisation et qu'ils participent bien à pleins de clubs, tout ça tout ça. Mais en plus, tous les quinze jours, on se retrouve à leur faire un cours de ce qui pourrait être plus ou moins de l'éducation civique en France sur des sujets comme "le travail d'équipe", "le cyber-harcèlement" mais plus récemment on a dû parler de puberté et des changements physiques et émotionnels que cela entraînait. FUN!

Comment dire? Je ne me sentais pas tellement d'expliquer à des enfants (car oui quand on a 11 ans et qu'on collectionne des stylos à paillette ou des stickers de la ligue des champions , je considère qu'ils sont encore des enfants) mais la leçon étant déjà prête, je n'avais qu'à la délivrer avec très peu de préparation.

Le jour J, nous avons séparé la classe en deux: les garçons à gauche et les filles à droite pour faciliter les mini débats et puis nous avons élaboré quelques règles:
- on utilise que les termes appropriés pour les parties du corps
- personne n'est forcé de participer aux débats ou de répondre à des questions
- on ne se moque pas des commentaires de ses petits camarades quel qu'ils soient.

Puis en fait ça s'est carrément mieux passé que ce que je redoutais, les gamins étaient très matures et n'ont pas fait de commentaire idiot mais j'ai eu droit à de drôles de questions:
"pourquoi est-ce que les dames portent des couches?"
"est-ce que ça fait mal à la gorge de muer?"
"c'est quoi les règles?"
"est-ce que c'est normal de sentir mauvais?"
"madame, j'ai pleins de poils partout, c'est normal? Et est-ce que les filles ont les poils qui poussent aussi?" (ce à quoi toutes les filles ont acquiescé dans un soupir).  

Franchement je ne sais pas comment j'ai fait pour garder mon sérieux tout du long mais en tout cas, ça s'est super bien passé. On a regardé des vidéos qui expliquaient les changements émotionnels qu'entraînait la puberté comme celle-ci qui est en plus très drôle:

Donc au final, une très belle expérience qui me permet de cocher un des standards de prof qui consiste à "aborder des sujets sensibles sans heurter les croyances de la moindre communauté ou religion", ce qui n'arrive quasiment jamais en cours de français! Donc hurray for me! Et puis cela m'a permis de me rappeler qu'il fallait que je sois un peu plus patiente avec mes grands boutonneux de 3èmes dont la plupart sont en pleine crise d'adolescence. Les pauvres petits...

Wednesday, 23 April 2014

Vacances et Magie de l'Eurostar

Voilà les vacances de Pâques sont belle et bien finies, on en a bien profité pour manger comme une truie de tout ce qui ne se mange pas ou alors pas en dessous d'un certain prix à Londres (et moi je ne m'appelle pas Posh Spice), pour se dorer la pilule sous le soleil, retrouver les copains et la famille, voir l'expo Star Wars Identities (qui est trop bien et même que j'ai appris que j'étais une Boba Fett à nichons élevée par une ewok qui s'est faite à moitié bouffer par un Wampa et un Jedi euuuh...) et enfin rattraper le temps perdu avec la boule de poils qui squatte mon lit H24. Bref je suis en manque.


Mais oh joie, c'est que j'ai pu squatté une journée de plus (pour la modique somme du PIB de l'Ouzbékistan) grâce à notre ami l'Eurostar. L'Eurostar qui n'a pas eu un, ni deux mais trois problèmes sur leur réseau ferroviaire le même jour. YOUHOU!!! Donc autant vous dire le gros caca que ça a causé à la gare du Nord où même leurs agents n'avaient pas idée de ce qui se passait en dehors de la gare (vive l'ère technologique mon pote). Puis après avoir vu que mon train était tout simplement annulé, un agent de la SNCF me confia que de toute façon puisque que j'étais française, je n'avais qu'à revenir retenter ma chance le lendemain "et puis c'est tout"! 

Pendant ce temps les pauvres anglophones/français qui n'habitent pas la France (hein oui ça existe aussi, faudrait peut-être leur dire) n'avaient pas d'autre choix que d'attendre 5 heures debout jusqu'à ce ça se règle. 

Le lendemain, après avoir échangé mon fauteuil contre un vieux strapontin tout pourri  qui sentait le pipi (live the dream, live Eurostar) et après avoir refait la queue pendant presque deux heures et demie derrière un très vieux monsieur qui a failli faire une crise cardiaque à tel point il était à bout de souffle (le pauvre), j'ai pu enfin m'asseoir sur une chaise en attendant que le train parte. 

Le train n'est parti qu'une demi heure après puisque certaines personnes étaient encore bloquées dans la queue aux passeports. Une fois le train parti, j'ai pu partir en quête d'un fauteuil vide et me prendre un sandwich à 11€ au buffet bar. 

Bon, la prochaine je crois que je prendrai l'avion "et puis c'est tout"! 

Wednesday, 2 April 2014

Leaders and new minions

Un petit article pour dire que tout va bien. Je cherche toujours du travail pour septembre et je continue mon année NQT dans mon école de l'ouest. Je sens que je vais avoir du mal à la quitter, je me suis bien habituée à la grande liberté qui m'est donnée tous les jours pour développer des idées et des concepts. Car aujourd'hui j'ai commencé mon nouveau club: j'enseigne aux élèves à diriger en langue française. C'est tout nouveau et ça se répand un peu partout en Grande-Bretagne, l'idée étant d'expliquer aux enfants comment enseigner une langue étrangère et de les voir diriger une classe tout seuls en école primaire. 

J'ai donc commencé à expliquer à mes minions comment se tenir et s'exprimer devant un public comme s'ils passaient un entretien. Au prochain cours, ils vont devoir présenter un petit jeu chacun en langue française et on va s'observer pour voir si tout le monde a retenu les règles. Moi qui pensais n'avoir que deux élèves et au final, j'ai plus de quatorze volontaires! Qui l'aurait cru?


Monday, 17 February 2014

Deux semaines dans le far west

Voilà, c'est half term et je passe ma petite semaine à manger de la compote de pommes et des petits écoliers et tout en faisant des câlins à mon chat sous le soleil de Paris (ou presque). 

J'ai passé deux semaines dans ma nouvelle école dans l'ouest de Londres et j'ai adoré chaque journée passée; peut-être pour la découverte de cette nouvelle école, ses élèves très curieux et relativement bien disciplinés pour des petits londoniens, pour le curriculum très différent des écoles précédentes, pour la bonne ambiance dans le département et dans toute l'école, pour ma classe principale de choupis avec qui je m'amuse à balancer des œufs pour tester leur esprit d'équipe ou encore pour un peu de tout ça. BREF.

Il reste encore des élèves à dompter, beaucoup de travail à faire pour me faire connaître et imposer quelques projets mais pour le moment, je m'y sens bien et j'espère au moins pouvoir y finir l'année scolaire. Car oui, il s'agit encore d'un contrat d'un semestre en tant que Newly Qualified Teacher. :( 3615 vie de merde

Et puis le dernier jour avant les vacances, nous avons eu Mufti Day aka le jour sans uniforme où presque tous les élèves sont allés à la boum de l'école sur le thème de la Saint Valentin. Je vous passe la mièvrerie du style "give money for your honey". La journée a été complètement dingue, les élèves semblaient beaucoup plus matures habillés comme des adultes. On notera quelques robes courtes mais très peu de débalage de viande, ouf.


Sur ce, mon chat m'appelle, je ne lui ai pas encore massé les coussinets.